Gazette de Bougival n°44 juin 2017 « Mixité pipée »

MIXITÉ PIPÉE ?

La loi 2013-61 impose aux communes d’ Île-de-France de plus de 1500 habitants 25 % de logements sociaux.

La loi ALLUR alourdit les sanctions ;

En 2016, forte progression des logements sociaux en Île-de-France.

Chaque programme neuf doit en comporter 20 % (25% à Bougival).Ils sont achetés par les bailleurs sociaux.

Financement du programme immobilier : transparence ?

Par l’acquéreur privé? Non informé de la présence des logements sociaux.

Par le contribuable ? La ville versant au bailleur social une subvention qui compense les surcoûts dus à la cherté du foncier et cautionne le prêt du bailleur social.

Statut :

copropriétés entre propriétaires privés et bailleur social : à 2 vitesses ?

Les occupants des logements sociaux se sentent-ils concernés par les règles de la copropriété ? Entretien de la copropriété ?

Injustice ?

Ne faut-il pas revoir les règles d’attribution : seuil des revenus trop haut ? Poutquoi ne pas instaurer un bail limité dans le temps ? La situation peut évouluer et un surloyer n’est pas dissuasif pour libérer des logements au profit de familles vraiment modestes ?

A Bougival :

Si certains se satisfont du nombre de logements sociaux, leur concentration dans le centre et les quais interpelle.

La mixité sociale est-elle réelle ? De plus le haut de la ville se bétonne à force de divisions de terrains et de constructions nouvelles !

À l’occasion de la « grenellisation » des documents d’urbanisme », nous espérons que le maire a la volonté de « limiter au maximum l’étalement urbain, de réduire la consommation d’espace…» conservant ainsi l’authenticité de la ville et une REELLE MIXITE SOCIALE