Article publié dans la Gazette

Gazette n°36 novembre 2015

 

Impression…

 

« Qu’est devenu mon Village, où j’aimais peindre ses vergers, ses quais, ses rues?» tel serait le triste constat que ferait Berthe Morisot aujourd’hui.

Depuis des années, la qualité environnementale se dégrade, pour partie liée à la circulation automobile; pourtant des solutions existent : un arrêté préfectoral sur proposition des élus pourrait contraindre les camions en transit sur la D 113 à emprunter l’A 14. La vision de nos entrées du centre ville, avec les blocs de béton, tentant d’ empêcher le passage des camions forçant l’interdit, nous est insupportable: l’installation en amont d’une vidéo-surveillance doublée d’une signalétique adaptée, serait dissuasive et cet endroit retrouverait son charme d’antan.

Nous attendons une réelle volonté politique pour accélérer la réalisation de certains programmes et en finir avec le provisoire qui dure (poteaux, façades délabrées etc).Il faut impérativement redonner vie à ces nombreux commerces fermés, certains depuis trop d’années.

Le temps perdu ne se rattrape plus. Faisons en sorte que l’appartenance à un quartier soit une richesse et non un critère social.

Les derniers espaces verts doivent être préservés, lors de la réalisation de programmes immobiliers et protégés contre des décisions administratives comme le risque d’abattage des arbres des talus SNCF. Pourquoi ne pas intégrer des petits jardins dans le cœur de ville?

Les dernières catastrophes dans le sud de la France devraient nous inciter à plus de prudence en matière d’urbanisme et de protection de notre cadre de vie.

Notre groupe s’associera à toutes démarches en ce sens.